L'audition

Vous êtes ici: Assurez-vous de façon optimale > Santé: Devancez les problèmes > Prévention de maladies

Prévention de maladies

La courbe du bonheur et du bien-être
Le bonheur au fil de la vie s'avère suivre une courbe en forme de U, comme démontré pour une cohorte de 500.000 Américains et Européens dans une gigantesque étude menée par deux économistes, David G. Blanchflower et Andrew J. Oswald. Ces résultats ont été examinés à partir de la "General Social Surveys" pour les USA et de l'Eurobaromètre pour l'Europe.

La quatrième décennie, ou l'âge difficile
Le niveau le plus bas de la courbe en U, qui correspond au niveau de bonheur le plus bas, survient dans la quatrième décennie, soit entre 40 et 50 ans. Cette courbe est identique pour les hommes et pour les femmes des deux côtés de l'Atlantique. Le fait de se marier ou de divorcer, d'avoir des revenus élevés ou non, d'avoir des enfants, n'influence pas spécialement cette courbe en U. Aussi, cette diminution importante du sentiment de bonheur chez les quadragénaires se produit aussi bien chez les célibataires que chez les couples mariés avec ou sans enfants, chez les riches ou les pauvres...

Aux Etats-Unis, le niveau bonheur minimum survient à 49,5 ans pour les hommes et 45,1 ans pour les femmes. En Europe, il se situe à 44,1 ans pour les hommes et 42,6 ans pour les femmes.

Quelles explications peut-on avancer à ce phénomène ?
Personne ne connaît l'explication de ce phénomène, mais l'on peut faire des hypothèses.

L'une d'entre elles est qu'au fil des années, nous apprenons à nous adapter à nos forces et à nos faiblesses et que, passé le milieu de la vie, nous acceptons de tirer un trait sur nos aspirations trop illusoires. Une autre possibilité serait que les personnes heureuses de vivre vivent plus longtemps que les autres. Dans ce cas, les personnes qui resteraient dans le bas de leur courbe pour cause de bonheur très bas ne sont plus là après 70 ans, car elles seraient déjà décédées. Une troisième explication serait que les personnes relativement âgées se sentent heureuses de vivre car d'autres personnes de leur âge sont déjà décédées. Elles apprécieraient les années de vie qui leur restent par un mécanisme de comparaison.

Et ensuite, après la crise?
Dans la 5e décennie, donc entre 50 et 60 ans, le niveau de bonheur ressenti remonte vers le haut de la courbe... La cinquantaine annonce ainsi des lendemains heureux.

Ainsi, à condition d'avoir un niveau de santé correct, les personnes de 70 ans sont aussi heureuses que celles de 20 ans. Est-ce que cela serait une preuve que le paradis existe? Peut-être si après notre mort, la courbe continue à monter... mais cela, nulle étude ne pourra nous le démontre!

26/02/2008
Dr. Catherine Solano

E-mail deze pagina | Afdrukken | In favorieten opslaan Bookmark | Share/Bookmark

Rechercher Canal50